Nice

 

PROFESSION : INSTIGATEUR DE BIEN ÊTRE


 

Elle est souvent très appréciée par ceux qui l’ont utilisée, parfois décriée (par ceux qui ne la connaissent pas)… Elle a un intérêt marqué pour la santé et le mieux être… Elle a atteint l’âge de la maturité…  C’est une profession extra--ordinaire… Qui est-ce ?

LA KINESIOLOGIE est appréciée de la plupart des personnes qui ont eu besoin de ses services. Un livre relatant les témoignages de ceux qui ont pu aller de mieux en mieux grâce à elle s’écrirait en plusieurs volumes. Les médisants qui je le maintiens ne la connaisse pas, sont beaucoup moins nombreux, mais on tendance, comme c’est bien souvent le cas, à faire plus de bruit. Ce sont ceux-là même qui se permettent de faire courir des rumeurs les plus infondées. Et je me demande à qui peux bien profiter ce crime… qui en tire les ficelles… qui ça dérange…

Une approche de santé

mainsLa kinésiologie ne se soucis pas de la maladie
qui est du domaine de la faculté de médecine, elle ne s’intéresse qu’à la santé et au mieux être. Dans le préambule de 1946 à la Constitution de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), il y a cette définition, devenue fameuse : « La santé est un état de complet bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité ». Ceci n’a jamais été modifié depuis.

En tant que kinésiologue je retiens surtout l’équation de la première partie : santé = état de complet bien-être physique, mental et social. Si j’ajoute émotionnel, énergétique, nous sommes là au cœur même des préoccupations de la kinésiologie. Autrement dit le kinésiologue n’est pas un thérapeute. Il ne fait pas de diagnostique, il ne soigne pas. Pour aller le voir, ne prenez pas la peine de lui amener votre dossier médical, ou vos radios et autres bilans sanguins… il n’en n’a nul besoin.

Ce qui le motive c’est qu’est-ce qu’il peut faire pour vous aider à aller mieux dans votre vie, compte tenu de votre potentiel, de vos ressources, de vos talents (pas toujours conscients…). Ce qui implique la question suivante : « comment serait votre vie si vous alliez mieux ? ». Ou, « qu’aimeriez vous changer dans votre vie ? ». Vous seriez certainement surpris du nombre de personne ne pouvant pas répondre à cette question, du fait même de ne se l’être jamais posée, ou pire, faute de pouvoir tout simplement l’envisager. Beaucoup d’entre nous sont tellement enfermés dans « leurs problèmes » et ont tellement pris l’habitude d’être assisté pour tout, qu’ils s’attendent là encore à ce que la « bonne » réponse leur soit soufflée.

On ne peut pas boire comme un trou, fumer deux paquets de cigarettes (ou autre…) par jour, être un adepte de la mal bouffe et réclamer, de plein droit, la bonne santé ! La kinésiologie aide à rendre les êtres autonomes et responsables. Aides toi et… le kinésiologue t’aidera.

La kinésiologie orientée solution

mainsIl est aisé de se rendre compte que la kinésiologie est une approche de santé orientée solution. Autrement dit il y a deux options face au mal être : « chercher à savoir pourquoi je ne vais pas bien » (thérapies), ou se préoccuper de « comment faire pour aller mieux » (kinésiologie). Et de mieux en mieux… Et de mieux en mieux… A l’opposé de la spirale négative de la descente, il existe une spirale positive de re/structuration menant au mieux être. On peut aller mal et vouloir aller mieux (le plus fréquent) et on peut aussi, aller bien et vouloir aller encore mieux.

La kinésiologie a maintenant atteint l'âge respectable de cinquante ans et en se retournant sur son passé peut s’enorgueillir d’un bilan très positif. De ses débuts chez les chiropracteurs américains elle a gardé des outils performants dans le domaine physique, et a appris à utiliser le modèle de l’énergétique chinoise, puis au fil du temps, elle a développé de grandes compétences dans le contexte émotionnel. Aujourd’hui les avancées de la kinésiologie, (Australie, Nouvelle Zélande) s’applique à acquérir davantage d’efficacité au niveau mental. D’autres (en secret) travaillent d’ors et déjà dans l’orientation taboue du « spirituel »… Mon Dieu quelle horreur !

La créativité de la kinésiologie est sans fin.

J’ai, pour faire simple, utilisé jusque là le terme de kinésiologie, mais vous l’aurez compris, il serait plus juste de dire kinésiologies au pluriel, du fait de ses approches multiples et complémentaires.

En plus de ses orientations multiples, la kinésiologie est une méthode d’intégration parce que les outils de la kinésiologie permettent de faire encore mieux ce que l’on sait déjà faire. Autrement dit si vous avez développé des compétences dans le cadre d’une profession, vous pourrez les utiliser dans votre pratique de la kinésiologie et les utiliser à bon escient. Par exemple, beaucoup de kinésiologues ont d’abord été kinésithérapeutes et/ou/puis ostéopathes et ont intégré ces savoir-faire dans leur pratique de la kinésiologie. Je connais des chirurgiens dentistes et des médecins kinésiologues.

Vous commencez peut être à percevoir pourquoi j’écrivais plus haut, la kinésiologie est extra-ordinaire, (extraordinaire aussi) autrement dit, inclassable, hors norme. Et c’est peut être cela qui dérange le plus. Ne pas savoir dans quelle petite case bien étiquetée la ranger. Peur du « nouveau » (du presque nouveau puisque la première parution sur ce sujet date de 1963 …) et du « mal connu », ou du "je ne comprend pas", peut être. Et vite, la peur (entretenue) du charlatanisme, ou pire encore, de la dérive sectaire arrivent au grand galop ! Pourtant, il existe de nombreuses approches de santé différentes, comme la kinésiologie, certaines encore décriées et d’autres acceptées. Et je me demande combien de milliers de personnes ont recours avec bonheur à cet « alternatif » en France et plus encore dans le reste de l’Europe. Je ne pense pas que l'on puisse affirmer que toutes ces personnes ont perdu leur lucidité et leur capacité de jugement sous l'emprise d'un gourou.

La kinésiologie offre une autre vision

mainsIl faudra bien un jour sauter le pas et aller dans ces directions soit disant nouvelles, car bien des orientations officielles sont loin de donner entière satisfaction. Comme disait ma Grand-mère, "mon garçon quand tu es dans une impasse, la seule solution pour en sortir, c'est de faire demi-tour". Il est donc nécessaire d’essayer autre chose, d’autres façons de voir, de penser et de comprendre ! Pendant ce temps, nos amis anglo-saxons se moquent gentiment de notre résistance au changement et de notre goût immodéré pour le « vivement que ça change, mais surtout que tout reste pareil…».

J’ai appris par exemple que pour la coupe du monde de football, l’entraîneur fédéral de l’équipe d’Allemagne, Jürgen Klinsmann, a utilisé des techniques de kinésiologie… Cela me rappelle quand l'équipe de ski suisse a introduit la visualisation et la sophrologie dans son entrainement et gagné la coupe. C'était nouveau et bizarre, désormais les sportifs de haut niveau utilisent ce genre d'entrainement. « ... car le monde et les temps changent… »

Partout dans le monde, des approches bien plus "exotiques" que la kinésiologie sont pratiquées. Aux Etats Unis, dans un des plus grands hôpitaux du pays qui accueille la faculté de médecine de Harvard et compte dans ses rangs plusieurs prix Nobels, des magnétiseurs sont présents lors d'opérations cardiaques. En Suisse, les médecins traitant des grands brulés se font aider de "barreurs de feu" et d'après leurs dires, la différence est visible, tout cela pour le plus grand bien des malades.

"Toute vérité franchit trois étapes... D'abord elle est ridiculisée. Ensuite elle subit une forte opposition. Puis elle est considérée comme ayant toujours été une évidence." (Schopenhauer)

Alors, il est peut être temps de cesser d’opposer la médecine officielle aux approches différentes, alternatives, parallèles, de santé. Au contraire il serait souhaitable qu’une convergence s’installe. On peut rêver de créer, en France, une dynamique de collaboration, chacun dans son domaine, dans le respect mutuel, au lieu et place de l’exclusion. Pourrait-on enfin envisager la possibilité d’une complémentarité des approches de santé, où chacun pourrait œuvrer selon ses compétences ?

Les scientifiques de pointe sont assez portés à croire que nous vivons dans un monde d’informations, où tout est relié, alors que notre conscience « consciente » et notre éducation scientiste nous porte à croire que tout est séparé. Les différents règnes, avec bien sûr au sommet l’Humain qui ne ferait même pas partie de la nature, tant il fait tout pour s’en affranchir… Seulement, en y regardant de plus près, il faut bien constater que ce tout petit humain ne voit pas plus loin que le bout de son nez. Depuis des décennies, nombreux sont ceux qui tirent le signal d’alarme, mais il est évident que nous continuons, pied au plancher, tout droit vers le mur ! Alors, s’il n’est pas capable de plus de discernement en matière de survie de l’espèce et de la planète, peut-on en espérer davantage pour sa propre santé ?

Et bien j’ose espérer que la kinésiologie puisse participer à l’élévation du niveau de conscience des humains par leur meilleure santé, tant physique, émotionnelle que mentale et ainsi aider à la survie de notre espèce sur cette Terre.

 

| En haut |


Mentions légales
Copyright ~ Nice Kinésiologie ~ Alain Risi